Le design de Bugatti – entre la légende de l'oeuf et celle du fer à cheval

Quel est le lien entre la grille de calandre iconique de la marque des hypersportives et un oeuf?

Un Fer à cheval ou un oeuf? Quand on parle du constructeur d'hypersportives français Bugatti, il existe un sujet qui est sans aucun doute le plus souvant évoqué: Il s'agit de la forme de la grille de calandre désormais iconique. La question est la suivante: Est-ce que le créateur d'entreprise Ettore Bugatti utilisa le fer à cheval comme modèle ou fut-ce plutôt une autre forme? Juste avant Pâques, Bugatti saisit l'opportunité d'expliquer l'histoire derrière la forme réputée.

Bugatti Divo

Une chose est sûre: Depuis un jeune âge, le créateur d'entreprise et éleveur Ettore Bugatti adorait les chevaux et collectionnait les calèches. Il conçut lui-même des harnais et possédait des chevaux particulièrement beaux, entre autre quelques-uns des plus grands pur-sangs de l'époque. Au début du dernier siècle, Bugatti parcourait le site de production à cheval à Molsheim, en Alsace et parfois même, il recevait des clients à cheval. Il fit en mesure que les portails de l'usine soient assez hauts pour qu'il puisse les traverser à cheval. Mais ce n'était pas tout: Pour ne pas devoir descendre de son cheval en entrant dans l'usine, il créa de grandes gâches que les chevaux pouvaient ouvrir en appuyant avec leur bouche. Ces gâches étaient équipées de mécanismes de fermeture spéciaux tout comme des platines en laiton toujours polies. C'est à juste titre qu'il est connu qu'Ettore Bugatti adorait les chevaux, soit en tant que quadrupède ou cachés sous le capot de ses voitures de luxe.

iconiqueiconique

« Le signe distinctif de reconnaissance d'une Bugatti est la partie frontale iconique disposant d'un design de calandre unique. »

Achim Anscheidt, directeur du design

Au début était l'oeuf

Évolution de la grille de calandre iconique de Bugatti

Et pourtant, la calandre ne doit pas sa forme au fer à cheval. « L'art, l'esthétique et le choix des matériaux en combinaison avec le design et la performance ont toujours été l'aiguillon des voitures de Bugatti et le sont encore aujourd'hui », explique Achim Anscheidt, le directeur du design chez Bugatti. A cela s'ajouta le caractère artistique d'Ettore Bugatti. Son père, Carlo Bugatti, conçevait et fabriquait entre autres des meubles en style oriental. Le frère d'Ettore, Rembrandt, concevait des sculptures d'animaux comme par exemple l'éléphant dansant qui orne notamment la calandre de la Bugatti Type 41 Royale.

Bugatti Type 13 Brescia

Carlo Bugatti aimait non seulement les formes fluides, les ellipses, les courbes, les cercles et les rondeurs, mais aussi la forme ovale (provenant du latin ovum, oeuf). On retrouve souvent ces formes dans les meubles comme les chaises et les tables mais aussi dans les coupes et décorations de pièce. Cependant, le différents types d'ellipse sont les plus nombreuses. Pour Carlo Bugatti, la forme ovale constituait la forme géométrique parfaite et supérieure à toutes les autres. Carlo entretenait en échange vif avec son fils Ettore, ce dernier se laissant inspirer par les idées de son père tout en les transposant partiellement dans ses voitures. Une des célèbres idées fut la calandre en forme de l'oeuf.

Évolution de la grille de calandre iconique de Bugatti

A partir de l'année 1910, les clients pouvaient choisir entre une calandre anguleuse et ovale. Dès l'année 1912 (et jusqu'en 1914), Bugatti opta exclusivement pour la forme ovale dans sa Type 13. Après la Première Guerre mondiale, Bugatti continua à développer la Type 13 et misa sur de nouveaux matériaux et une calandre modifiée. Cette calandre renonça aux angles et coins et, pour la première fois, avait la forme d'un oeuf lisse Au cours des années avenir, Bugatti préserva cette forme pour les modèles tout comme la Type 22, Type 23, Type 28 et Type 30. Ce ne fut qu'à partir de 1924 et la voiture de course légendaire nommée Type 35 et ses différents modèles que Bugatti renonça a la forme purement ovale de la calandre. En revanche, Bugatti décida de concevoir une calandre droite au niveau inférieur pour des raisons aérodynamiques et pour un meilleur positionnement de l'essieu avant. En raison de cette ligne droite, la calandre s'apparentait maintenant davantage à un fer à cheval. Toutefois, au début de l'histoire de la marque française, chaque calandre avait une forme différente. Ainsi, la calandre de la Type 35 A était plus petite que celle de la Type 35 B. Dès l'année 1928, tous les modèles furent équipées d'une calandre plus large, tandis que la forme continua à légèrement changer.

Bugatti Chiron Sport

Bugatti Royale Roadster

Au début, les calandres étaient très minces, mais avec le temps, elles devinrent de plus en plus larges. D'une part, cela revient au besoin de refroidir les moteurs devenus de plus en plus puissants et d'autre part à l'objectif de créer une esthétique plus sportive. « Ainsi, la calandre devint-elle un élément de design célèbre et le signe distinctif de la marque Bugatti », déclare Achim Anscheidt.

Bugatti Chiron

Par le biais de la forme concise, Ettore Bugatti soulignait sa revendication de ne point fabriquer des voitures conventionnelles, mais plutôt des pur sangs. Les modèles devinrent des véritables oeuvres d'art qui reflétaient l'esprit de Bugatti au niveau du design et technique. La partie frontale dominante s'inscrivait désormais parfaitement dans la ligne de moteurs puissants.

Évolution de la grille de calandre iconique de Bugatti

Jusqu'aujourd'hui, les hypersportives de Bugatti peuvent être identifiées en voyant uniquement la grille de calandre. Le design des modèles actuels comme la Chiron1, la Chiron Sport2 et la Divo3 est élégant et en même temps sportif. « Le signe distinctif de reconnaissance d'une Bugatti est la partie frontale iconique disposant d'un design de calandre unique. Cela contribue considérablement à la création de marque », explique Achim Anscheidt. Que ce soit à Pâques ou à toute autre occasion.

  • 1

    Chiron:

    Consommation de carburant (l/100 km) : en cycle urbain 35,2 / en cycle extra-urbain 15,2 / en cycle mixte 22,5 ; émissions de CO2 en cycle mixte (g/km) : 516 ; classe énergétique : G*
  • 2

    Chiron Sport:

    Consommation de carburant (l/100 km) : en cycle urbain 35,2 / en cycle extra-urbain 15,2 / en cycle mixte 22,5 ; émissions de CO2 en cycle mixte (g/km) : 516 ; classe énergétique : G*
  • 3

    Divo:

    Les informations sur la consommation de carburant sont soumises aux dispositions de la Directive 1999/94/CE. La voiture n’a pas encore été réceptionnée à ce jour.