Rétrospective annuelle de Stephan Winkelmann, PDG de Bugatti

Bugatti se prépare à un événement exceptionnel. En 2019, l’entreprise située à Molsheim, en Alsace, fêtera ses 110 années d’existence. Parallèlement, Stephan Winkelmann, président de Bugatti passe en revue sa première année à la tête du constructeur automobile d´hypersportives français. Le temps est venu de jeter un coup d´œil aux rétroviseurs, afin de pouvoir aller de l´avant avec détermination.

C’est en 1909 que Bugatti a commencé à développer des automobiles d’exception sur le site de Molsheim, aujourd’hui français. Le tout premier modèle de la marque est la Type 10, développée puis vendue sous le nom de Bugatti Type 13, fruit d’une recherche esthétique qui confine à l’œuvre d’art. Cette approche est encore aujourd’hui emblématique du site du constructeur automobile français, notamment pour les modèles actuels que sont la Chiron1 et la Divo2. Conçues pour incarner la quintessence des hypersportives, ce sont les voitures les plus puissantes, de la plus grande qualité et les plus luxueuses du monde, issues d’un processus de production artisanal qui s’étale sur plusieurs semaines où la plus grande attention est portée au moindre détail.

« Les automobiles signées Bugatti réunissent le meilleur de deux mondes, comme en attestent avec brio la Chiron et la Divo : à la fois hypersportives développant une puissance de 1 500 ch et un couple de 1 600 Nm, performantes et avec une maniabilité exceptionnelle, et voitures de luxe offrant un remarquable confort de conduite: un mariage inédit dans le monde de l’automobile », souligne Stephan Winkelmann, président de Bugatti Automobiles S.A.S. « La vitesse de pointe n’est pas le seul et unique critère de développement chez Bugatti. Certes, nos voitures sont capables d’accélérer avec une formidable puissance et d’atteindre des vitesses très élevées, mais elles ne se résument pas à cela », souligne Stephan Winkelmann.

Depuis 2016, Bugatti assure la construction de la Chiron dans le cadre d’un processus de production essentiellement artisanal. En 2018, 76 hypersportives de luxe personnalisées sont sorties de l’atelier Bugatti, chacune d’entre elles étant un modèle unique. La première année, la demande de la clientèle était telle que les dernières commandes de la Chiron, limitée à 500 exemplaires, se voient attribuer une allocation de production débutant en 2022. « La Chiron marie à la perfection les trois principaux piliers de la tradition Bugatti. La supersportive offre en effet les performances d’un modèle de course, dans la lignée de la célèbre T35, le confort et le luxe d’une Bugatti Royale Type 41 et le design emblématique de la Type 57 SC Atlantic », explique Stephan Winkelmann. Aujourd’hui, le crédo de la marque en matière de design est le suivant : la forme suit la performance. La célèbre ligne Bugatti qui forme un C à partir du montant central en est une parfaite illustration. Mais cela ne suffit pas.

En 2018, le constructeur automobile français de luxe a complété sa gamme avec les modèles Chiron Sport et Divo. La hypersportive au caractère affirmé est équipée du moteur W16 de 8 litres de cylindrée et 1 500 ch de puissance, signé Bugatti. Pour se démarquer de la Chiron, les concepteurs de la Divo ont misé sur l’agilité, la maniabilité et une dynamique de conduite exceptionnelle sur routes sinueuses, sans faire le moindre compromis en matière de confort et de luxe. Pour cela, ils ont donc légèrement modifié les caractéristiques aérodynamiques et les réglages du châssis, et réduit le poids d’ensemble. La Divo affiche ainsi 35 kg de moins sur la balance et génère une déportance accrue de 90 kg par rapport à la Chiron. Son accélération latérale s’établit à 1,6 _g.

Attaché à son implantation alsacienne, le constructeur poursuit sa quête de perfection en s’attachant à optimiser chacune des composantes de ses modèles. Avec la Divo, Bugatti s’inscrit dans la longue tradition des carrossiers qui construisaient des caisses montées sur des châssis existants. Un concept plébiscité : les 40 exemplaires de cette petite série limitée étaient déjà tous vendus peu de temps après sa présentation, pour un prix net à l’unité de 5 millions d’euros. La Bugatti Divo sera produite sur le site alsacien de Molsheim dès 2019, en parallèle de la Chiron. Les premières livraisons aux clients sont prévues pour 2020. « La Chiron et la Divo sont des chefs-d’œuvre automobiles fabriqués à la main qui attendent de rencontrer leur âme sœur », précise Stephan Winkelmann. Pour les fabriquer, Bugatti Automobiles S.A.S. emploie plus de 300 collaborateurs sur ses sites, dont une majorité de Français à l’usine historique de Molsheim.

Pour 2019, Stephan Winkelmann promet de nouvelles exclusivités dans la gamme de modèles. « Nous sommes toujours à la recherche de la perfection et du meilleur mariage entre artisanat d’art et technologie. C’est ce qui nous pousse à toujours progresser. Nous le devons à l’histoire de notre marque et à notre fondateur de génie, Ettore Bugatti », commente-t-il.

Né en 1881 à Milan, Ettore Bugatti a conçu son premier véhicule, un tricycle à moteur, comme mineur. Il participe lui-même à des compétitions au volant de ce modèle, puis travaille chez divers carrossiers en tant que concepteur et inventeur. En 1909, il dévoile la toute première automobile conçue en son nom propre, la Type 10, une voiture légère et sportive qui rompt avec les modèles plutôt lourds et peu maniables qui prévalaient à l’époque. Plus tard, il fonde sa propre entreprise qui opère sous la dénomination sociale « Automobiles Ettore Bugatti ». Outre les célèbres modèles de course comme la Type 35, il crée des icônes, à l’instar de la Bugatti Royale Type 41. Son fils Jean Bugatti montre qu’il a hérité de son don en concevant la Bugatti Type 57 SC Atlantic, qui est aujourd’hui l’une des voitures les plus prisées au monde.

Pour continuer à se montrer à la hauteur de ce précieux héritage, les concepteurs de la Chiron, de la Divo et des nouvelles déclinaisons des modèles de la marque misent sur les technologies avancées, la puissance, la performance et le luxe absolu, avec une approche esthétique et artistique exigeante. « Bugatti Automobiles S.A.S. est une marque française de luxe qui trouve ses racines non seulement dans le monde de la construction automobile, mais aussi dans l’art », souligne Stephan Winkelmann. Le père d’Ettore Bugatti était un artiste réputé et son frère a créé des sculptures très cotées. Selon les principes du fondateur de la marque, tout doit être pensé sur un plan esthétique, jusque dans le moindre détail. Aujourd’hui, Bugatti est une marque qui parvient à concilier une approche artistique avec des innovations techniques exclusives issues de la compétition. « Nos clients le voient dans le soin apporté aux finitions, dans la puissance exceptionnelle du moteur et dans le confort », souligne Stephan Winkelmann.

En 2019, Bugatti célébrera ses 110 ans d’existence, s’affirmant ainsi comme l’un des plus anciens constructeurs de supersportives. À l’occasion de cet anniversaire, Stephan Winkelmann a préparé quelques surprises avec son équipe, dont une grande visite du domaine d’Ettore Bugatti et la présentation de nouveaux modèles. Mais il coupe court aux nombreuses spéculations, même celles qui peuvent paraître vraisemblables : « Il n’y aura pas de SUV signé Bugatti », dément-il.

Contacts pour la presse

Tim Bravo

Head of Communications
+33 640 151969
tim.bravo@bugatti.com

Nicole Auger

Communications
+49 152 588 888 44
nicole.auger@bugatti.com

  • 1

    Chiron:

    Consommation de carburant (l/100 km) : en cycle urbain 35,2 / en cycle extra-urbain 15,2 / en cycle mixte 22,5 ; émissions de CO2 en cycle mixte (g/km) : 516 ; classe énergétique : G*
  • 2

    Divo:

    Les informations sur la consommation de carburant sont soumises aux dispositions de la Directive 1999/94/CE. La voiture n’a pas encore été réceptionnée à ce jour.