Bugatti en télétravail – L’exemple de Stephan Winkelmann, Président de Bugatti

Bugatti est actuellement contraint de suspendre la production de ses véhicules tels que la Chiron1 et la Divo2 à Molsheim. Pour autant, nombreux sont les collaborateurs qui continuent de travailler depuis chez eux, en tenant compte des recommandations émises par les autorités et les experts internationaux ainsi que des mesures édictées par les gouvernements.

Photos

Stephan Winkelmann, Président de Bugatti depuis 2018, dirige actuellement l’entreprise française principalement depuis son domicile situé à Strasbourg. Au moins deux fois par semaine, M. Winkelmann se rend au siège de Molsheim pour s'informer de la situation actuelle avec les quelques employés présents qui ne peuvent pas travailler à partir de chez eux. Il s'entretient notamment avec le personnel de sécurité et le responsable maintenance du site.

« Même si, comme bon nombre de mes collaborateurs, je travaille en ce moment chez moi, chaque jour est différent en ces temps difficiles. Grâce aux processus et moyens de communication numériques, nous sommes en mesure de rester opérationnels et continuons de développer nos hypersportives d’exception », explique Stephan Winkelmann. Un petit résumé du déroulé de l’une de ses journées de travail montre que le constructeur de luxe français ne connaît pas d’interruption, même pendant la pandémie de COVID-19 qui sévit actuellement.

7 h 00

  • Lever
  • Petit-déjeuner léger
  • Passage en revue des actualités, lecture de la presse nationale et internationale.

« Je m’informe de la situation mondiale actuelle via différents médias, tant sur le plan politique qu’économique, car ce n’est qu’en ayant un bon aperçu que je peux correctement cerner l’état des marchés et de la situation et prendre en conséquence des décisions adéquates pour l’entreprise. »

8 h 30

  • Communication par e-mail
  • Première conférence Skype avec le Comité de Direction.

« Nous nous entretenons chaque matin avec nos cadres supérieurs afin que chacun soit au courant de la situation de l’entreprise et de la santé de tous, y compris de nos partenaires. Nous en profitons également pour échanger sur l’évolution de la situation de par le monde, et de la façon dont nous devons réagir en tant qu’entreprise. Si une situation exige que nous intervenions, c’est lors de cette entrevue que nous discutons des solutions dont nous disposons. C’est un moment d’échange et de collaboration qui repose sur la participation active de tous. »

10 h 00

  • Autres conférences téléphoniques avec les différents départements, notamment du développement, des ventes, de la conception et du marketing.

« Même si aucune de nos hypersportives ne peut actuellement quitter l’usine de Molsheim, nous poursuivons notre travail dans la mesure du possible, surtout sur les plans du développement, de la conception et de la production. Les collaborateurs m’informent de l’évolution de la situation, des fruits du développement mais aussi des problèmes qu’ils rencontrent. Notamment au sujet de la situation actuelle de nos partenaires internationaux. Comment gèrent-ils cette situation et comment prennent-ils soin de nos clients ? Nous discutons ensemble des mesures à suivre pour que notre travail ne soit pas entravé par de mauvaises décisions. Notre credo reste toujours le même : c’est seulement en unissant nos forces et en dialoguant que nous pourrons continuer à construire les meilleures automobiles du monde. Les départements des ventes et du marketing font eux particulièrement face à des défis de taille, que nous ne pourrons relever qu’ensemble. »

12 h 00

  • Déjeuner
  • Coup d’œil sur les journaux télévisés
  • Communication par e-mail

« En plus de la presse en ligne que je consulte le matin, je profite également de la pause déjeuner pour regarder les journaux télévisés. Bugatti étant une marque à rayonnement mondial, il est non seulement intéressant mais également extrêmement important que nous nous tenions informés des dernières actualités dans tous les pays et continents de la planète. À cause du décalage horaire, c’est à midi que j’ai un aperçu optimal de ce qu’il se passe à travers le monde. »

14 h 00

  • Autres conférences téléphoniques avec le Comité de Produit pour le développement de nos produits actuels et futurs.
  • Communication par e-mail

« La créativité de nos collaborateurs ne connaît pas de limites et fait constamment émerger de nouvelles idées en termes de solutions techniques ou de produits. Mais arriver à les mettre en commun et à les concrétiser est autrement plus difficile. Lors des conférences téléphoniques avec le Comité de Produit, nous discutons des dernières avancées et esquissons les plans des projets à venir. Certaines de ces discussions comptent parmi les plus passionnantes que j’ai eues, car c’est là que s’exprime toute la force et la créativité de l’entreprise. Il arrive aussi que cela entraîne certaines frictions, mais de mon expérience, ce sont ces divergences d’opinion qui mènent aux meilleurs résultats. »

19 h 00

  • Sport d’endurance

« Comme je ne peux pour le moment pas aller m’entraîner à la salle de sport ou à la piscine, je sors courir une heure en début de soirée, en alternant avec quelques exercices de fitness. Cela me permet de travailler mon endurance et de prendre soin de ma santé tout en y prenant du plaisir, mais c’est aussi une heure où je peux me déconnecter et passer en revue ma journée sans smartphone ni ordinateur. Un instant méditatif où je me ressource et recharge mes batteries. »

21 h 00

  • Appels privés

« En ce moment, je téléphone tous les soirs à ma mère qui vit dans le Sud de l’Allemagne. C’est devenu un rituel que nous affectionnons tous les deux, mais qui l’aide surtout à garder le moral en ces temps particulièrement difficiles. Je téléphone ensuite souvent à quelques amis qui habitent aux quatre coins de la planète et dont j’aime prendre des nouvelles. »

22 h 00

  • Lecture

« L’un des rares avantages du confinement à mon sens, c’est que j’ai maintenant plus de temps pour lire le soir. Je commence souvent deux livres en même temps, un roman et un ouvrage spécialisé. Cela dit, en ce moment, je lis deux ouvrages spécialisés, une biographie de Charles de Gaulle et un livre sur les unités françaises de parachutistes pendant la guerre d’Indochine. J'ai en outre sur mon étagère un livre sur la "Bugatti Queen" relatant l'histoire de la pilote française, Hellé Nice, qui a conduit la Bugatti 35 C. C'est le prochain livre que je vais lire. »

Contacts pour la presse

Tim Bravo

Head of Communications
+33 640 151969
tim.bravo@bugatti.com

Nicole Auger

Communications
+49 152 588 888 44
nicole.auger@bugatti.com

Marie-Louise Rustenbach

Communications
+49 152 577 05 458
marie-louise.rustenbach@bugatti.com

  • 1

    Chiron:

    Consommation de carburant, l/100 km : en agglomération 35,2/hors agglomération 15,2/combinée 22,5 ; émissions de CO2 combinées, g/km : 516 ; classe d’efficacité énergétique : G* [WLTP : consommation de carburant en l/100 km : faible 43,3 / moyenne 22,2 / forte 18,0 / particulièrement forte 18,3 / combinée 22,3 ; émissions de CO2, combinées, g/km : 506 ; classe d’efficacité énergétique : G]
  • 2

    Divo:

    Les informations sur la consommation de carburant sont soumises aux dispositions de la Directive 1999/94/CE. La voiture n’a pas encore été réceptionnée à ce jour.