L’héritage Bugatti – L’année de tous les records

Les véhicules Bugatti historiques continuent de prendre de la valeur. Pas moins de cinq chefs-d’œuvre automobiles de Molsheim occupent les cinq premières places des véhicules les plus estimés et vendus aux enchères mondiales en 2020. Malgré l’épidémie, les modèles historiques de Bugatti ont battu des records auprès des maisons de ventes aux enchères Bonhams et Gooding & Company : un même fabricant n’avait encore jamais dominé les cinq premières places parmi les automobiles vendues les plus chères.

Photos

Les Bugatti ont toujours été des véhicules exclusifs. Mais leur valeur augmente avec le temps ; c’est ce que montre une analyse de Classic Analytics, une entreprise d’analyse internationale du marché et d’évaluation des voitures de collection à travers le monde. « Les Bugatti de l’époque d’Ettore et Jean Bugatti, surtout en l’état d’origine et avec un passé de courses, font depuis toujours partie des voitures de collection les plus chères du marché. Cette tendance s’est maintenue et même accrue, malgré la perte d’intérêt général pour les véhicules d’avant-guerre », déclare Frank Wilke, directeur général de Classic Analytics. Classic Analytics fait partie du groupe Hagerty, le plus grand prestataire de voitures de collection aux États-Unis. Le classement du Top Ten repose sur une base de données interne des enchères, dans laquelle toutes les ventes internationales de voitures de collection sont observées et évaluées sur une année.

« La situation actuelle a certes changé le marché des enchères, qui sont passées de ventes en présentiel à des ventes en ligne. Mais les prix des véhicules classiques et exclusifs restent toujours stables, à un niveau élevé », explique Frank Wilke. « Chaque véhicule Bugatti historique est unique. Les types construits entre 1920 et la fin des années 1930 ont défini de nouveaux jalons aussi bien en matière de performance que de design. Mais les véhicules vendus aux enchères cette année étaient très particuliers tant pour leur histoire que leur originalité », raconte Frank Wilke.

« L’année passée nous a certes confrontés à un certain nombre de défis, mais elle a également ouvert la porte à de nouvelles possibilités d’entretenir notre relation avec la communauté automobile et les amateurs du monde entier », déclare David Gooding, Président et fondateur de Gooding & Company. « À l’occasion de notre toute première vente aux enchères tenue en Grande-Bretagne, nous avons pu enregistrer de nombreux nouveaux records en 2020, dont la vente de la Bugatti la plus chère jamais vendue lors d’enchères publiques et la vente des deux lots les plus estimés de l’année 2020 : une Bugatti Type 59 Sports de 1934 et une Bugatti Type 57S Atalante de 1937. »

« Nous sommes très honorés et fiers que l’on nous ait confié ces deux chefs-d’œuvre historiques remarquables de Molsheim », raconte James Knight, Président de Bonhams Group Motoring. « Les deux véhicules sont des Types 55S exceptionnels - l’un est un Cabriolet spécialement carrossé par Figoni, l’autre est un véritable Super Sport Roadster de Jean Bugatti. Conformément aux attentes, les deux automobiles ont suscité de nombreuses offres. Nous n’avons pas été surpris que les deux Types 55 soient non seulement récompensées comme les véhicules les plus estimés dans chacune de leurs enchères, mais qu’elles remportent également les meilleurs résultats aux enchères lors de la Rétromobile 2020 et de l’Amelia Car Week 2020. »

Bugatti Type 59 Sports (châssis 57248)

Une Bugatti Type 59 Sports de 1934, au numéro de châssis 57248, a été vendue aux enchères pour 12,681 millions de dollars américains à Londres, en septembre 2020, chez Gooding & Company. Le modèle fait ainsi partie des Bugattis les plus chères jamais vendues lors d’une vente aux enchères publiques. La Bugatti Type 59 Sports était la voiture de course de l’équipe d’usine Bugatti du Grand Prix et elle a remporté le Grand Prix de Belgique à Spa. Plus tard, la voiture de course a occupé la troisième place lors du Grand Prix de Monaco. Quelques-uns des pilotes Bugatti les plus célèbres et les plus performants l’ont conduite, notamment Robert Benoist, Louis Chiron, René Dreyfus, Achille Varzi et Jean-Pierre Wimille. Après la réussite de la saison de course, Bugatti a transformé la Type 59 en voiture de sport. En 1937, le Roi Léopold de Belgique a acheté la Bugatti. La voiture se trouve encore aujourd’hui dans son état d’origine non restauré. L’entraînement est assuré par un moteur de série huit cylindres avec cylindrée de 3,3 litres et compresseur. Sa puissance était d’environ 250 ch, d’autres versions du moteur atteignaient les 380 ch sur la Type 59 construite jusqu’en 1936.

Bugatti Type 57S Atalante (châssis 57502)

L’acheteur d’une Type 57S Atalante de 1937, véhicule rare à faire pâlir d’envie, au numéro de châssis 57502, a payé 10,44 millions d’euros lors de la vente aux enchères de Gooding & Company à Londres. Il s’agit d’un modèle particulier : en 1937 il avait été acquis par le pilote de course britannique, passionné de Bugatti, Earl Howe. La Bugatti Type 57S Atalante est l’un des 17 véhicules que Jean Bugatti a équipés de sa sensationnelle carrosserie Atalante. L’entraînement est assuré par un gros huit cylindres suralimenté de 3,3 litres, qui atteint une puissance de 175 ch sur la Type 57S.

Bugatti Type 55 Super Sport Roadster (châssis 55220)

Une Bugatti Type 55 Super Sport Roadster de 1932, avec une carrosserie d’usine imaginée par Jean Bugatti, a rapporté 7,1 millions de dollars lors de la vente aux enchères d’Amelia Island organisée par Bonhams en mars 2020. Jusqu’en 1935, Bugatti n’a produit que 38 châssis en tout de la Type 55 Super Sport. Parmi les quatorze véhicules construits et équipés de la carrosserie Roadster de Jean Bugatti, onze existent encore aujourd’hui. Victor Rothschild, qui sera le troisième Baron Rothschild, a acheté la Type 55 neuve et l’a gardée pendant plusieurs décennies dans sa collection. En 1985, le Professeur Dean S. Edmonds Jr., de Boston, a acquis cette Bugatti avec le numéro de châssis 55220, pour la somme de 440 000 livres sterling. À l’époque, ce fut l’automobile la plus chère jamais vendue en Grande-Bretagne. Edmond fit restaurer la Bugatti et remporta en 1993 la première place de sa catégorie à Pebble Beach.

Bugatti Type 35C (châssis 4871)

Une Bugatti Type 35C Grand Prix de 1928 - un modèle record de la Type 35 - fut emportée au prix d’adjudication de 5,23 millions de dollars lors d’une vente aux enchères chez Gooding & Compay à Londres. À l’origine, ce véhicule au numéro de châssis 4871 a été conçu pour la Targa Florio de 1928. La première propriétaire privée, Jannine Jennky, une pilote de course française, l’a conduite à la victoire finale lors de la première Coupe de Bourgogne à Dijon. Après 1932, ce véhicule aujourd’hui âgé de plus de 90 ans, n’est passé que par quatre propriétaires. Il se trouve dans son état d’origine non restauré. Bugatti a fabriqué la Type 35C jusqu’en 1930. L’entraînement est assuré par un moteur de série huit cylindres avec cylindrée de deux litres. Grâce à un compresseur Roots, le moteur développe 12 ch, ce qui permettait, il y a plus de 90 ans, d’atteindre une vitesse de pointe qui dépassait les 200 km/h.

Bugatti Type 55 Super Sport (châssis 55221)

Un passionné de Bugatti a payé 5,07 millions de dollars pour une Type 55 de 1931, en février dernier à Paris. Cette vente a fait de ce véhicule au numéro de châssis 55221 l’automobile la plus chère vendue lors d’une enchère de la Rétromobile 2020. C’est un véhicule très particulier : Louis Chiron et le Comte Guy Bouriat-Quintart ont piloté la voiture de course d’usine en 1932 aux 24 heures du Mans. Son propriétaire a plus tard fait construire une carrosserie Figoni unique autour du châssis. C’est avec cette carrosserie que la Type 55 est restée plus de 60 ans en la possession de la famille. Son moteur huit cylindres de 2,3 litres avec suralimentation développe environ 160 ch.

Les prix atteints en 2020 ne surprennent pas les experts. La voiture la plus estimée de tous les temps est de toute façon une Bugatti. Seulement quatre exemplaires de la Type 57 SC Atlantic ont été produits entre 1936 et 1938 ; trois d’entre eux existent toujours après plus de 80 ans. La quatrième Bugatti Type 57 SC Atlantic équivaut à la Chambre d’ambre de l’automobile et elle a à ce jour disparu. Si elle était retrouvée, sa valeur spéculative serait certainement encore nettement plus élevée.

Contacts pour la presse

Tim Bravo

Head of Communications
+33 640 151969
tim.bravo@bugatti.com

Nicole Auger

Communications
+49 152 588 888 44
nicole.auger@bugatti.com

Marie-Louise Rustenbach

Communications
+49 152 577 05 458
marie-louise.rustenbach@bugatti.com