Rencontre au sommet entre la légende autrichienne du ski alpin et l’hypersportive française

Hermann Maier n’est pas homme à reculer face à un nouveau défi, qu’il s’agisse de dévaler les pentes ou de s’engager en hors-piste. Bien qu’il préfère aujourd’hui se tenir à l’écart des projecteurs, il n’a pas résisté à l’envie de tester la Bugatti Chiron pour ettore, le magazine clients de la marque. Et pour le mettre à l’aise, quoi de mieux que de troquer le ruban d’asphalte contre une chaussée enneigée ? Sur la neige, l’hypersportive n’a pas failli. Avec le réglage précis de son antipatinage, la belle se joue des éléments, dans un environnement bien différent de son terrain de prédilection.

Photos

Hermann Maier est un sportif autrichien de légende. Détenteur de records toujours inégalés à ce jour, il compte parmi les plus grands skieurs alpins de tous les temps, avec quatre victoires au classement général de la Coupe du monde, deux médailles d’or aux Jeux olympiques et trois titres de champion du monde. Champion indestructible, connu pour son audace et sa prise de risques lors des épreuves de descente, il est surnommé « Herminator », référence au célèbre Terminator incarné par son compatriote Arnold Schwarzenegger.

« La sensation grisante lors d’un dérapage parfaitement contrôlé est la même en voiture qu’à ski », a déclaré Hermann Maier, fasciné par les performances de la Chiron sur terrain glissant. « Cette voiture offre une puissance à l’état brut, ce qui ne m’a pas empêché de me sentir en sécurité et en parfaite maîtrise, dès le début du parcours. Alors, j’ai décidé de monter d’un cran et je suis passé en mode Handling. Aussi étonnant que cela puisse paraître, c’était encore plus excitant. Avec la Chiron, même les choses les plus difficiles se font avec aisance. Sa conduite procure énormément de plaisir. »

Développant une puissance de 1 500 ch et un couple de 1 600 Nm, le moteur W16 de 8 litres de la Bugatti Chiron est logé à l’arrière. Cette position du moteur permet de répartir les masses de manière optimale et de fournir de la puissance aux quatre roues, évitant ainsi le risque de sous-virage. Conférant davantage de maintien à la voiture, la transmission intégrale permet à la Bugatti Chiron de conserver sa stabilité sur les sols gelés. Si la Chiron est l’une des rares hypersportives dotées de ce type de transmission, Hermann Maier y est habitué. Au quotidien, il conduit une Audi Q7 e-tron.

Le lieu où s’est déroulé ce test riche en émotions ne pouvait pas être mieux choisi. Les routes enneigées d’Altenmarkt im Pongau, en Autriche, non loin du lieu de naissance d’Hermann Maier, ont accueilli l’édition 2019 du Historic Ice Trophy quelques semaines plus tôt. Pour leur prodige local, les organisateurs ont gentiment rouvert et préparé le circuit emprunté par les voitures lors du trophée. Fidèle à sa nature de compétiteur qui l’a mené jusqu’au Graal olympique, Hermann Maier s’est laissé rapidement prendre au jeu.

« J’ai passé presque toute ma vie sur des skis. Je n’imaginais pas qu’on pouvait ressentir les mêmes sensations de glisse sur roues », déclare Hermann Maier. « J’aimerais bien pouvoir être au volant d’une Bugatti plus souvent. » Au volant de la Bugatti Chiron, s’inspirant de son illustre compatriote Arnold Schwarzenegger, Herminator s’est fendu de la célèbre formule : « I’ll be back. »

Contacts pour la presse

Tim Bravo

Head of Communications
+33 640 151969
tim.bravo@bugatti.com

Nicole Auger

Communications
+49 152 588 888 44
nicole.auger@bugatti.com